Nouvelles
Nouvelles / Art numérique
15 avril 2015

« Sun » sur le Printemps numérique

« Sun » sur le Printemps numérique

Le jeudi 19 mars 2015 à 17 h 30 un nouveau soleil s’est levé sur le printemps. Je parle bien du 2e éveil du Printemps numérique! Pour l’occasion, Daniel Iregui, directeur de la création et fondateur d’Iregular, a réchauffé les invités avec son propre soleil numérique.

Inspiré par la thématique du printemps et du soleil, Daniel nous a présenté une version numérique de cet astre tant attendu. « Au départ, c’était plus une idée visuelle, un grand trou noir, quelque chose entre le soleil et sa lumière. À cause de l’espace, je voulais faire quelque chose au-dessus de la foule, je trouvais que cet espace était le plus approprié pour l’œuvre », souligne Daniel Iregui.

En lisant et en regardant des vidéos sur le soleil, son comportement et ses multiples « Explosions », Daniel a matérialisé son concept avec un cadre carré semi-transparent flottant au-dessus de la foule. Ce soleil atypique semble calme de loin, mais dès qu’une personne entre dans la rotonde du Musée d’art contemporain, celui-ci est englobé par l’ambiance sonore spatialisée de ce nouveau soleil numérique.

Sun-sur-le-Printemps-numérique-2

« Sun possède sa propre conscience et évolue de sa propre façon, c’est une œuvre au caractère passif. Mais dès qu’une personne se situe au-dessous, il peut influencer son comportement », poursuit Daniel Iregui.

Une fois dans l’enceinte carrée de l’œuvre, la personne est détectée grâce à 4 lasers se situant sous les projecteurs. Ces lasers envoient les données physiques de l’emplacement de cette personne aux 4 ordinateurs.

Sun-sur-le-Printemps-numérique-3

Ensuite, grâce au programme Exagora de Moment Factory ainsi que du langage ActionScript et Flash, le système est capable d’interpréter les mouvements et de faire une copie miroir de cette activité sur les parois de ce « soleil » numérique.  « Sun » possède 2 tableaux, donc 2 façons visuelles d’illustrer la présence d’une personne dans son enceinte interactive. Le premier tableau représente des minces lignes noires, tandis que le deuxième représente des carrés noirs.

« Je souhaitais faire ressentir aux gens l’émotion que nous avons tous face au premier soleil chaud du printemps! », conclut Daniel Iregui.

 

À propos de l'auteur

Avatar de Printemps Numérique

Alex Lagacé-Carter