Nouvelles
Nouvelles / Art numérique, Événements
15 septembre 2014

LUNGTA : Le souffle comme source d’inspiration

LUNGTA : Le souffle comme source d’inspiration

Dans le cadre de la Biennale d’art numérique 2014 (BIAN2014), Patrick Saint-Denis affichait son œuvre interactive LUNGTA à la Maison de la culture de Pointe-aux-Trembles. L’œuvre est inspirée des guirlandes de tissus rectangulaires et multicolores suspendues aux passages de cols et sommets dans la région de l’Himalaya, au Tibet, au Népal, au Sikkim et au Bhoutan. Attirée par le caractère léger et le lien du vent avec l’œuvre, j’ai contacté Patrick afin d’en savoir plus. Ce qui me semblait être une œuvre bien simple, au départ, s’est avéré être une création artistique à plusieurs penchants. Tout d’abord, voyons comment l’œuvre se présentait dans le cadre de la BIAN2014.

Sous la forme d’un mur tapissé « de petits carrés de papier blanc », le mur appelé LUNGTA réagissait à la présence des gens dans la pièce. Ce mur, muni de 192 moteurs cachés à l’arrière des carrés de papier, soufflait du vent selon la position des gens. La détection, gérée par une Kinect, permettait à Patrick de savoir exactement où le spectateur se situait dans la salle, pour ensuite envoyer ces données aux petits moteurs contrôlés par un Arduino. Donc si une personne passait de gauche à droite face à LUNGTA, celui-ci déclenchait une vague de vent dans le même sens. Ce système de détection est bel et bien géré par la Kinect, mais le code derrière celle-ci provient de Patrick Saint-Denis lui-même avec son système qu’il a nommé « Kinki ».

LUNGTA-2

Dans les mots de l’auteur, voici la définition de Kinki :

« Un projet Kinki (Kinect Interface Kreative) est une application openFrameworks basée sur les librairies OpenNI, NITE et SensorKinect. L’application est une interface graphique qui facilite la conception d’un espace tridimensionnel. L’interface offre la possibilité de définir des zones interactives et leur association avec les différentes parties du corps des interprètes. L’application utilise le protocole OSC de données de sorte qu’elle peut être utilisée pour lier des gestes performatifs à un environnement de création sonore ou visuelle. »

Ensuite, un autre logiciel que Patrick a fait en C++ reçoit les données de Kinki et déclenche des Paterns ; c’est une sorte de logiciel intermédiaire qu’il a appelé lungta_wallDebug.

« Je n’utilise que des logiciels customs faits pour mes projets, et des boîtes à outils afin d’y parvenir. J’utilise openFrameworks et pour le son, Supercollider. C’est super important pour moi que mes outils soient open source et tout autant important de redonner à la communauté. Lorsque je fais des outils qui valent la peine d’être partagés, je le fais soit sous la forme de logiciels ou en rendant mes sources accessibles ce qui permet aux gens de venir télécharger mon code dans leur projet. D’ailleurs, les sources de kinky sont disponibles sur mon profil github. »

Afin de bien comprendre ce procédé bien garni, je vous laisse regarder la vidéo ci-dessous qui montre LUNGTA en projet de médiation culturelle où un groupe d’enfants jouent avec l’oeuvre.

Le résultat se voulant une image abstraite en mouvement par rapport à la musique. Patrick parle ici du terme de musique visuelle physique lorsqu’il interprète ce type de présentation avec LUNGTA.

« Donc, l’écran dans ce cas-ci est un écran physique avec une petite résolution (192 pixels) où il est possible de projeter des images, surtout des compositions graphiques. J’ai développé des sortes de compositions pour que le mur réagisse à une caméra. J’interagis avec la caméra à la fin de la vidéo, mais ça m’aurait pris le double si ce n’est pas le triple de papier pour que je puisse, avec assez de résolution, voir les détails d’un visage comme un écran réel. »

Donc LUNGTA est un projet interactif dans lequel des choix de système de détection et de programmation ont été faits. Afin d’y parvenir, Patrick Saint-Denis a dû faire plusieurs essais à l’Université de Montréal (UdeM) ce qui amena son projet dans d’autres univers qui étaient, à cette étape de la conception, insoupçonnés. LUNGTA, comme présenté à la BIAN2014, était très semblable à la conception de départ créée à l’UdeM. La vidéo ci-dessous montre les recherches exécutées par Patrick sur le système de détection où il interagit au départ avec diverses formes, pour ensuite interagir avec son visage et sa main.

Toutefois, à la base, ce qui anime Patrick est le côté audioréactif du projet.

« J’ai commencé à travailler avec des objets qui réagissaient avec le son et je me suis rendu compte que je pouvais enrichir le vocabulaire du mouvement de mes objets qui bougeaient en utilisant plusieurs fois le même objet. Par exemple avec LUNGTA, en terme de robotique c’est très simple, les ventilateurs sont en quelque sorte des espèces de dimmer à vent, mais parce qu’il y en a plusieurs, je peux créer des mouvements d’ensemble complexes à partir d’objets simples.»

C’est pourquoi LUNGTA a été interprété au départ à l’aide d’un micro ainsi que de flûtes qui transformaient le vent en formes visuelles. Voici donc une performance audio multidisciplinaire de LUNGTA réalisée à l’aide de Geneviève Déraspe, Guy Pelletier, Michèle Motard et Patrick Saint-Denis lui-même.

Ensuite, LUNGTA a été interprété dans un spectacle de danse intitulé « trois paysages » qui a fait une tournée au Québec. Les interactions sont exécutées encore une fois avec une Kinect, comme le modèle de la BIAN2014, mais qui détecte cette fois les danseurs sur la scène. Ceux-ci dansent avec le mur dans la chorégraphie jusqu’à l’amener à se déplacer lui-même pour aller chercher une personne de l’audience. Comment ? Et bien le mur a de petites roues qui lui permettent de se refermer sur lui-même et donc de former une sorte de boîte et de se promener sur la scène pendant que les danseurs dansent autour. Ensuite la boîte va chercher quelqu’un du public et le fait rentrer dans celle-ci pour l’amener sur la scène.

Le tout a été réalisé par danse K par K avec la chorégraphe Karine Ledoyen. Justement je vous propose de visionner la visite en studio du laboratoire Tangente, le laboratoire de mouvements contemporains, ci-dessous qui explique très bien l’origine d’une fusion entre LUNGTA et la troupe de danse K par K et surtout l’essence de l’œuvre trois paysages.

Au final, LUNGTA est un projet qui est toujours en développement, qui évolue et expérimente sur le souffle, la danse, le mouvement et explore plusieurs types de rapports physiques. Présentement, Patrick travaille sur un projet intitulé VERTEX PROJECT qui est un travail de collaboration avec les compositeurs Jean Piché et Zack Settel. Le projet est constitué de haut-parleurs Leslie mobiles, le premier prototype est d’une seule unité, mais le projet en prévoit 81 unités sur une matrice 9 x 9.

Si vous souhaitez suivre les créations et recherches de Patrick Saint-Denis rendez-vous sur son site internet : www.patricksaintdenis.com

Prochaines performances de l’artiste :
Offcinars (Trois paysages / novembre 2014)
Montréal Nouvelles Musiques (Lungta / février 2015)
Mois Multi (Lungta / février 2015) –> à confirmer

À propos de l'auteur

Avatar de Printemps Numérique

Alex Lagacé-Carter