Nouvelles
Nouvelles / Événements
27 mai 2015

Les forces de C2MTL

Les forces de C2MTL

Ces jours-ci, C2MTL est sur toutes les lèvres. Nommé le Davos de la créativité par Le nouvel observateur, la convention internationale des créateurs et des innovateurs a encore frappé fort avec entre autres Alec Baldwin, Chelsea Clinton et André Agassi. Le président-directeur général de C2MTL, Richard St-Pierre nous partage les secrets de son succès.

Après 4 ans, est-ce que vous avez positionné l’événement comme vous le désirez?

Les trois premières années étaient l’enfance de C2MTL, les trois prochaines seront l’adolescence! La 4e édition est en croissance! Nous avons été choisis conférence numéro 1 en Amérique du Nord. Nous recevons 26 pays, soit 30% des participants, qui proviennent de l’étranger. Ce que nous avons construit est est exceptionnel, mais nous sommes loin d’avoir terminé le parcours que nous voulons accomplir. Le 5ème anniversaire risque de faire du bruit!

C2_MTL_2015

The Economist a déclaré que C2MTL défie toutes les conventions. On parle souvent d’innovation montréalaise, de pôle de créativité, d’être un leader mondial dans certaines sphères, est-ce du chauvinisme?

J’ai travaillé en Europe, en Asie, aux États-Unis et j’ai choisi de revenir à Montréal parce que c’est LA place pour être entrepreneur. On n’apprécie pas assez l’environnement unique que l’on possède et on ne démontre pas assez nos talents. Trop souvent, quand on réussit au Québec, on dit qu’on a abouti, mais en fait, il s’agit plutôt de démarrage. Il faut s’exporter, que le reste de la planète soit au courant, car en réalité, ils veulent avoir nos créations. Il nous reste qu’à construire ces ponts avec l’étranger. C’est pourquoi C2MTL réunie un écosystème qui vise avant tout à faire rayonner Montréal.

C2_MTL_2015

Il faut avoir du culot et croire en soi pour attirer des personnalités qui viennent partager leur expertise à Montréal. L’attraction est-elle un grand défi?

Je me fais souvent demander pourquoi on n’organise pas C2MTL à New York ou San Francisco, la réponse est simple, ça ne marcherait pas, la nature québécoise est dans la réussite de l’événement. La plupart des conférenciers qui visitent C2MTL ne sont pas payés. En seulement 4 ans, la plate-forme, la notoriété et l’écosystème développés sont extraordinaires. Les grands noms doivent bien sûr être sollicités et rémunérés. Souvent, ils ne savent même pas où se situe Montréal sur une carte, mais quand on leur explique notre concept, ils sont prêts à en faire la découverte! C2MTL est une mission commerciale inversée, au lieu de mettre des entrepreneurs dans l’avion vers de grands pays lointains pour présenter nos talents, on les invite à vivre l’expérience de Montréal.

C2MTL jusqu’au 28 mai à l’Arsenal

À propos de l'auteur

Avatar de Printemps Numérique

Fadwa Lapierre