Nouvelles
Nouvelles / Événements
14 avril 2015

Exeko : De l’ombre à la Lumière

Exeko : De l’ombre à la Lumière

Alors que doucement Montréal revêt sa peau de printemps, et que les jours s’allongent, De l’ombre à la Lumière entend vous faire apprécier encore un peu le crépuscule. Collaboration entre artistes performeurs ou vj’s et l’organisme Exeko, l’insolite et hybride projet s’empare les mercredis 15 et 22 avril de l’espace public, plus particulièrement d’un mur, aux abords du métro Saint-Laurent, en partenariat avec le Quartier des spectacles de Montréal.

Exeko : De l’ombre à la Lumière - Crédit : Marie-Noel Vanasse

Cinquième résidence de la saison pour Exeko, De l’Ombre à la Lumière prend la forme d’un petit bijou technologique, le tagtool, un concept open source que s’est réapproprié et qu’a construit la graphiste Marie-Noël Vanasse. Tandis qu’un premier participant dessine sur une tablette graphique, un second peut, à l’aide de quelques boutons très simples à utiliser, animer les formes et dessins, qui sont  projetés en simultané sur un grand mur de l’espace public.

Exeko : De l’ombre à la Lumière - Crédit : Marie-Noel Vanasse

Le projet métisse les thématiques : outre la découverte d’un médium insolite et participatif qui joue sur la lumière, il vient questionner notre rapport à l’espace public dans lequel il s’inscrit : Alessia De Salis, médiatrice et comédienne, offre aux participants de faire partie de l’œuvre créée, en venant s’interposer dans l’espace qui sépare le projecteur et ses « techniciens – artistes »  du mur.  Aidés par une panoplie d’accessoires (tissus, parapluie…), ces derniers deviennent alors des “écrans vivants”, récepteurs de l’image projetée. Le corps en mouvement vient ajouter une dimension performative de l’ordre du happening.  Chacun peut influencer la création de l’autre par sa position, l’œuvre éphémère se coconstruit, s’appuie sur le comportement de l’un ou de l’autre des protagonistes.

Dans la pénombre de deux mercredis, l’équipe d’Exeko et ses artistes en résidences inviteront les passants, résidents, travailleurs, visiteurs, usagers du quartier – peu importe l’origine ou la condition sociale – à s’approprier cet espace de rencontre entre citoyens, mais aussi entre art et réflexion collective, illuminant la ville qui les rassemble en son sein.

Exeko : De l’ombre à la Lumière - Crédit : Marie-Noel Vanasse

Organisme à but non lucratif, Exeko porte la mission, depuis 2006, de l’inclusion des citoyens, et notamment des plus marginalisés ou à risque d’exclusion. Avec chacun, Exeko vise à  questionner la norme par des approches créatives,  réfléchir de façon égalitaire à la société, la place et l’identité que chacun peut s’y forger.  Parmi les secteurs cibles d’Exeko, l’itinérance occupe une place grandissante, notamment avec le programme idAction Mobile, petite caravane philosophique de médiation intellectuelle et culturelle, programme sur les routes depuis trois ans, qui porte une attention particulière à l’inclusion des jeunes et des Autochtones en situation d’itinérance. Depuis plusieurs mois, cette boite à prétexte roulante est devenue une plateforme privilégiée de réalisations artistiques, hébergeant à son bord des projets pluridisciplinaires visant la cocréation, la réunion des citoyens dans toute leur diversité autour d’un objet artistique et culturel. Peinture, théâtre, muséologie, photographie, tous les terrains sont bons pour brouiller les frontières, provoquer des rencontres, favoriser l’accès à la pratique artistique tout en déconstruisant des préjugés.

À propos de l'auteur

Avatar de Printemps Numérique

Dorothée De Collasson