Nouvelles
Nouvelles / Art numérique, Événements
9 juin 2014

EM15 : l’international inscrit dans l’ADN

EM15 : l’international inscrit dans l’ADN

La quinzième édition des festivals combinés ELEKTRA et MUTEK s’est déroulée sous le signe de l’innovation.

85 performances intérieures et extérieures dont 16 premières mondiales ont eu lieu du 27 mai au 1er juin 2014. Des artistes visionnaires de la création numérique, sonore et visuelle ont envahi la métropole. D’ailleurs, près de la moitié des spectateurs d’EM15 provenaient de l’extérieur du Québec!

Pour Alain Mongeau, fondateur et directeur de MUTEK, EM15, la convergence avec la Biennale internationale d’art numérique et la Société des arts technologiques offre une composante internationale qui donne l’occasion de prendre conscience de tout ce qui se fait dans la métropole et de promouvoir le Printemps numérique.

«Cette proposition concentrée amplifie notre force de frappe. L’international est inscrit dans notre ADN, nous offrons un produit unique en Amérique du Nord. Montréal demeure une destination prisée par son caractère particulier, les visiteurs peuvent vivre une expérience assez immersive.»

L’événement a permis du réseautage et un travail sur des projets en coulisse. En effet, plusieurs diffuseurs ont pu rencontrer des artistes de tous horizons. «C’était un alignement exceptionnel, souligne Alain Mongeau. Les 15 ans marquent un moment important dans la trajectoire du festival. On a bénéficié d’une énergie particulière.»

La Conférence régionale des élus (CRÉ) de Montréal a profité de l’occasion pour convier le 27 mai dernier les journalistes internationaux en visite à EM15 au Centre PHI pour favoriser le réseautage. «Le Printemps numérique bat son plein et des piliers internationaux se démarquent, lance Marie-Claire Dumas, directrice générale de la CRÉ. La créativité de Montréal a des échos à l’étranger et c’est fantastique! Le fil conducteur du Printemps numérique permet d’en découvrir l’offre incroyable!»

La culture et le tourisme

Yves Lalumière / Photo : Mehdi Benboubakeur - CRÉ de Montréal
Yves Lalumière, PDG DE Tourisme Montréal / Photo : Mehdi Benboubakeur – CRÉ de Montréal

Le Président-directeur général de Tourisme Montréal, Yves Lalumière, voit d’un bon œil ces alliances. Selon lui, intégrer davantage des moments sous une thématique rend la ville plus facile à vendre.  «La synergie des événements suscite la curiosité. Le Printemps numérique, le Musée des  beaux-arts, la Formule 1, C2MTL font partie d’un écosystème culturel qui fait rayonner la métropole davantage. Cela enrichit notre identité comme métropole culturelle par excellence au Canada.»

Pour M. Lalumière, rien ne dit que la culture, le sport, les affaires, ne vont pas ensemble, il suffit de trouver la façon « Il faut investir dans des éléments qui nous distinguent, produire un agenda événementiel intéressant pour devenir une destination incontournable», conclut-il.

Pierre Bellerose, vice-président relations publiques, recherche et développement de produit pour Tourisme Montréal, abonde dans le même sens. «C’est très positif, les joueurs travaillent ensemble et amènent des initiatives qui démontrent que beaucoup de choses passent par Montréal dans l’art numérique. Cette niche à la créativité permet de positionner la métropole comme ville d’avant-garde et contribue à augmenter les déplacements des fans. »

À propos de l'auteur

Avatar de Printemps Numérique

Fadwa Lapierre